Carburants : Agir avant que cela dégénère en France…

Image : titre de la une

Carburants : Agir avant que cela dégénère en France… Quel dispositif va-t-on annoncer aux Français le 19 octobre pour aider les Français face à la hausse des prix du carburant ?

Temps de lecture : 2 Mn

Nous y sommes de nouveau parvenus : les prix à la pompe atteignent des records fulgurants. Quelles solutions faudrait-il adopter pour enrayer cette situation, au plus vite. Premièrement, l’État se doit, d’urgence, d’abaisser le taux de la T.V.A. sur le carburant, soit de 20% à… 5,5%. Voilà une mesure indispensable pour éviter un nouveau cataclysme. Souvenons-nous de celui des Gilets jaunes…

Avant que tout… s’enflamme !

Car, en moyenne le carburant a atteint le chiffre de 1,5583 e par litre en moyenne pour le gazole. Le SP95-E5 n’est plus qu’à… un centime de son prix record de 2012, soit, en moyenne 1,6567 euro. Bien évidemment, le gouvernement s’est penché sur ce phénomène avant qu’il ne s’enflamme pour tenter d’aider les Français.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr vaccin-pourquoi-les-francais-resistent-encore-a-la-vaccination

Réaction de la classe politique

Là encore, mieux vaut éviter que cette montée des prix du carburant avait provoqué en 2018 le remous des Gilets jaunes alors le gouvernement envisageait une hausse de Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques ( T.I.C.P.E.) Mais alors que se profile l’élection présidentielle, cette hausse inquiète et fait réagir toute la classe politique. L’exécutif, de même que les candidats à Élysée proposent des solutions pour alléger la facture des automobilistes.

Mais quelles sont-elles ? 

D’abord, un chèque carburant, la plus probable. Il serait attribué, bien sûr, sous conditions de ressources.En ce qui concerne une baisse des taxes jugée  » injuste  » par le ministre, « parce qu’elle ne ciblerait pas les ménages qui en ont le plus besoin.» Selon Bruno Le Maire, elle  » coûte très cher « .

En effet, un centime de baisse, représente  » un demi-milliard d’euros «  en moins dans les caisses de l’État. Mais ne serait-il pas plus raisonnable que les distributeurs réduisent, tout simplement, leurs marges ? Bien des ménages y seraient sensibles !

LIRE : marseilleopinion.fr desespoir-des-habitants-des-quartiers-de-marseille