Compléments alimentaires dans le collimateur des autorités

image : des gélules dans une assiette

Compléments alimentaires dans le collimateur des autorités. Si ces produits envahissent les rayons des pharmacies et des sites internet, tous ne sont pas dangereux. La mauvaise réputation faite par des services officiels est souvent abusive. Même si certains, inactifs, restent préjudiciables pour la santé.

Promesses miracles pour certains

Avec un marché de près de deux milliards d’euros, en 2018, la D.G.C.C.R.F. (1) dénonce, les promesses miracles.  Pourtant, ils ont encore un bel avenir. En effet, les Français se sont tournés  vers ces produits, qui se présentent « naturels », « équilibrants », « draineurs ». Lassés d’ingurgiter des molécules aux conséquences souvent lourdes ou désastreuses, ces qualificatifs rassurent. Certes, avec la crise sanitaire, les escroqueries se sont multipliées, notamment sur internet.  Certains fabricants vont même jusqu’à prescrire des traitements à base denrées destinées à l’alimentation animale. C’est pourquoi, il est prudent de consulter les compostions avant de lancer dans leur achat…

Allégations thérapeutiques parfois utiles

Ainsi, la Commission européenne, certainement, sous l’influence des lobbys pharmaceutiques s’est investie dans une action conjuguée, pour la France. Aussi, il est prévisible que, d’ici à quelques mois, l’opprobre sera jetée sur la généralité de ces produits. La raison ? Ils court-circuitent le marché du médicament. Déjà, les fabricants sont contraints de supprimer les allégations thérapeutiques. Cette précaution est parfois utile. Même si quelques aigrefins en profitent pour sur-qualifier leurs fabrications.

Ne pas généraliser

Heureusement, tous les compléments alimentaires ne méritent pas un discrédit absolu. Beaucoup peuvent aider un organisme à réagir. D’autres préviennent certaines carences, comme les alicaments. Leurs compositions sont étudiées par de véritables scientifiques. Voilà, pourquoi, sans analyse au préalable d’un produit, il est scandaleux de généraliser la situation. Car, nous connaissons tous les vertus du thym, et les bénéfices de la sauge, de l’ail, ou du romarin.

Alicaments précieux

Quant aux alicaments, ils profitent d’une ingénierie soigneusement mise au point par des chercheurs de haut niveau. Alors, avec eux, nous sommes loin, des gélules fabriquées il y a une vingtaine d’années. Certains, comme le Proselem, réalisé à partir d’une spiruline séléniée, bénéficient d’une présentation dans le dictionnaire des spécialités pharmaceutiques Vidal. Mis au point pour atténuer, par une protection cellulaire, les dégâts oxydatifs liés à l’âge ou à la maladie, ce produit illustre, comme beaucoup d’autres, le bénéfice de son utilisation. Enfin, le consommateur à parfaitement le droit de savoir ce qu’il achète.

(1) –Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

source :https://www.vita-api.com/

Société : infopremiere.fr/covid-19-les-dernieres-confidences-du-professeur-raoult/

Lire aussi : topexclusif.fr/un-document-souvenir-devoree-par-une-meute-de-chiens/