Covid-19 : Macron contre un vaccin obligatoire. Mais après ?

Image : visuel du jour

Covid : « A ce stade » Macron contre la vaccination obligatoire. Mais après ? Retour, une fois de plus, sur la question de la vaccination contre la Covid-19. Serait t’elle, seulement, en voie de devenir obligatoire ? Emmanuel Macron semble déterminé dans sa volonté de ne pas accéder à cette démesure. Pour l’instant ! Mais après 2022 ?

Réponse confuse

Tous celles et tous ceux, qui, comme moi, restent opposés au principe même de la vaccination, tant pour des raisons médicales que scientifiques, s’interrogent. La réponse sur « l’obligation » est confuse. En effet, les propos du président de la République, comme toujours, imprécis dans son art de louvoyer, ne répondent pas clairement à la question.

Tollé général

S’il a précisé que cette question pourrait se poser  » si les scientifiques préconisent un taux de vaccination de « 80-90% » et qu’ « on n’arrive plus à convaincre » le président pressent le tollé général que cette mesure soulèvera. C’est pourquoi, il se dit contre la mise en place de cette mesure. Tout au moins « à ce stade », estimant que « l’adhésion monte » toute seule. Cette enfourchure, lui permet, ainsi, de gagner du temps.

Un temps précieux à distiller intelligemment. Un futur candidat ( pressenti ) ne s’expose pas à une infaillible déflagration sociétale. Conserver un siège présidentiel, c’est écarter toutes formes antagonismes, maladresses suicidaires, à quelques mois de la présidentielle. Emmanuel Macron aura besoin des voix d’une majorité de Français.

infopremiere.fr demasques-les-pourris-de-largent-sale-ils-ne-se-cachent-plus

( rubrique topexclusif !)

Bon d’accord ! Et après ?

Alors, autant, pour lui, se ranger derrière des artifices : « Pour les Françaises et les Français quand quelque chose est obligatoire ça déploie des anticorps. Les gens quand on leur laisse la liberté, on les convainc. Si on leur dit ‘c’est obligatoire’, ils vont dire ‘ ouh la, qu’est-ce qu’il nous fait ? ‘ Donc je crois que l’adhésion monte »… Bon d’accord ! Et après ? Après, c’est, précisément, la mi-mai 2022…

 » Mais, je n’en suis pas là »

L’effet « Parmentier » passé, qui, aujourd’hui, peut, à demi rasséréné, peut se contenter d’un  » Mais, je n’en suis pas là » ? Conclusion temporaire du président de la République. Actuellement, seuls, les plus téméraires acquiescent devant le principe de ce vaccin obligatoire, ( pour eux ! ) et présenté comme une potion magique. Sans se soucier de ses effets dans les mois ou les années prochaines.

Réfléchir jusqu’au renoncement

D’autres, conscients de ses plausibles dangers, seront plus difficiles à convaincre ! Les obliger à recourir à un vaccin obligatoire, les yeux fermés, les fait réfléchir à deux ou trois fois et jusqu’au renoncement en vertu d’une réflexion basée sur la phase de test. ( jusqu’à 2023 pour certains ). Alors, attendons la fin mai 2022 pour étudier le comportement des nouveaux élus devant ce dilemme. Nous aurons, certainement, beaucoup à dire et à… redire !

marseilleopinion.fr pourquoi-thierry-mariani-va-gagner-les-regionales