Donald Trump : l’arrogance et l’audace jusqu’au bout !

image : trum levant le poigt

Donald Trump : l’arrogance et l’audace jusqu’au bout ! Il est parti ! Mais avant de se retirer définitivement, il aura usé de tous les stratagèmes pour montrer son morgue. Il a fait du « Trump » précisant : « Je reviendrai d’une manière ou d’une autre…»

 

Une défaite pas digérée

Encore un pied de nez de la part de celui qui a dirigé les U.S.A. durant quatre ans. Sera t-il l’ultime ? Rien n’est moins sur, car une fois son mandat fini, Donald Trump fera encore parler de lui. La défaite est amère. Elle n’est pas digérée. Elle ne le sera pas ! Celui qui est redevenu un homme d’affaires n’a donc pas terminé de se singulariser. De nombreuses affaires l’attendent avec la justice américaine. Il est probable qu’il fera encore parler de lui dans l’avenir.

 

Le protectionnisme à son actif

Mais, ce qu’il faudra surtout retenir de Donald Trump c’est son hostilité à l’égard de la Chine. Elle a influencé le reste du monde. Une opposition qu’il a dramatisée. Selon lui, elle risque de se poursuivre. Les prochains mois, sans doute, nous le confirmeront. A son actif, l’isolationnisme et le protectionnisme, le désengagement de l’Europe, le basculement vers le Pacifique et la Chine de la politique extérieure. A noter, toutefois, que Barack Obama n’avait pas eu la même témérité que lui du désengagement envers le Moyen-Orient.

Lire aussi : Comment la mafia italienne se voit privée de se enfants

 

Bon diagnostic

Trump, au delà des exubérances, et de son caractère imprévisible, avait, toutefois, en 2016, évoqué « …cette Amérique où le taux de mortalité augmentait chez les Blancs de 45 à 54 ans avec une industrie périclitant sous la concurrence chinoise. Et c’était le bon diagnostic « . Et, justement, sa plus belle réussite, c’est la Chine, entrant avec ce pays, dans altercation brutale et hostile de nature commerciale. Depuis, certes, elle s’est démocratisée. Entre temps, l’establishment géopolitique de son pays l’avait rejoint consciente que la Chine constituait une insécurité. Notamment sur le plan de l’influence et de l’hostilité à ce pays et son ressenti comme un détracteur transpartisan.

Alors, Trump l’arrogance, certes. Aura t-il été un grand président ? Dominant, certainement !

Lire aussi : Toujours plus d’arnaques avec des sites frauduleux