Emmanuel Macron, futur candidat aux cinq cents parrainages…

Image titre de la une

Emmanuel Macron, futur candidat aux cinq cents parrainages… Le président est pratiquement déclaré sans le dire. Il profite aisément du contexte, mais caché derrière un amoncellement de situations qui touchent la France.

Lecture : 2 Mn

Président en exercice de l’Union Européenne

D’abord, il y a cette menace imminente de guerre en Ukraine. Elle fait suite à l’épidémie de Covid-19. Et puis, la flambée des prix de l’énergie. Ce qui n’arrange rien au regard des revendications sur le pouvoir d’achat. A cela ajoutons encore l’agitation scolaire. Pas facile, en ces temps pour Emmanuel Macron qui se voit, de plus, gratifié de président en exercice de l’Union Européenne. Alors, à deux mois des élections quand va-t-il déclarer sa candidature ?

« Présider jusqu’au « dernier quart d’heure »

Cependant, ce cumul de catastrophes semble aller dans le sens d’un candidat non déclaré. Un candidat qui possède, déjà, ses cinq cents parrainages et va tirer profit de son statut le plus longtemps possible. D’autant, qu’il y rajoute son refus de débattre avant le premier tour. Celui qui nous précise qu’il a « l’obsession que la phase aiguë de l’épidémie et le pic de la crise géopolitique actuelle soient derrière nous… et souhaite : « Présider jusqu’au « dernier quart d’heure » utilise une stratégie payante vue et entendue à l’occasion de précédentes présidentielles. C’est là l’école De Gaulle, la préférée aussi de François Mitterrand…

LIRE AUSSI : infopremiere.fr les-francais-deconcertes-par-lattitude-des-politiques

Il refuse de participer au débat du premier tour

Bon et alors ? « Je ne serai pas plus long, mais je reviendrai. » Théoriquement, selon nos sources, Emmanuel Macron devrait déclarer sa candidature avant la fin du mois de février. En attendant, le futur candidat Macron joue avec les nerfs de ses adversaires, notamment, ceux de Xavier Bertrand. Ce dernier lui reproche ses déplacements qu’il considère « électoraux » et « hypocrites ». D’autant que le président refuse, de plus, de participer au débat du premier tour. Histoire de mettre un peu plus de chance de son côté pour remporter une élection certainement déjà acquise…

LIRE : marseilleopinion.fr viol-a-marseille-ce-que-lon-sait-de-cette-sale-affaire