Hidalgo, Troussel… Ces élus qui promettent la nature et offrent le béton

1280px-Anne_Hidalgo-2_(33671093798)(1)

Anne Hidalgo, Vincent Jeanbrun, Stéphane Troussel… Nombre d’élus mettent en avant des actions de végétalisation et de reboisement. Tout en faisant l’impasse sur les constructions à outrance dont ils sont également les initiateurs.

 

Anne Hidalgo désignée

Lundi dernier, l’ancien élu du 18ème arrondissement Pierre Liscia a publié une vidéo à charge contre la maire de Paris. Il y rencontre une militante associative du 12ème arrondissement, révoltée contre la destruction d’une friche, hébergeant auparavant une biodiversité conséquente, au profit de cinq immeubles de plus. Tout cela dans la seule mairie EELV de Paris, détail qui dénote et suscite le malaise. La vidéo avoisine les 130 000 vues et les 5 000 « j’aime » sur Twitter.

 

La Seine-Saint-Denis, entre nouveaux arbres et nouveaux logements

30 000, c’est le nombre d’arbres promis par le président du département de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel. Ils jouxteraient les routes départementales et permettraient l’émergence de forêts urbaines. Problème : en marge de ce projet sympathique, l’élu a déboisé une partie du parc Georges Valbon. L’Aile des Vents, située à Dugny, a été déblayée pour accueillir un « village médias » dans le cadre des JO 2024. Inutile de préciser que cette action a suscité la colère de riverains, mais aussi d’habitants plus lointains en Seine-Saint-Denis et d’associations à vocation départementale. D’autres espaces verts, comme le Jardin des Ouvriers à Aubervilliers, pourraient être menacés par l’implantation des jeux olympiques. L’avenir du Parc de la Poudrerie, dans un autre contexte, est incertain.

Lire aussi : L’éolien, énergie qui divise jusque chez les écologistes

 

À droite aussi

Cette double politique n’est en aucun cas un monopole de la gauche. À droite également, les élections municipales ont tourné autour du même sujet dans plusieurs villes. En Seine-Saint-Denis, les maires LR de Rosny-sous-Bois et de Villemomble ont été battus, à chaque fois par des listes dissidentes. À Chatenay-Malabry, l’éco-quartier de la Butte Rouge, aéré et peu dense en terme de constructions, est menacé par un vaste projet immobilier. À l’Haÿ-les-Roses, le bras droit de Valérie Pécresse à la Région, Vincent Jeanbrun, a vu défiler une manifestation. En effet, il prévoyait 136 logements et 2000 m² de locaux commerciaux supplémentaires en centre-ville. Comme quoi, à l’image des trains, une politique peut en cacher une autre.

Lire aussi : Monica : J’ai convaincu mon fils de ne plus porter des marques