JDD : ces 382 vrais faux élus PS et LR qui soutiendraient Macron…

1280px-Emmanuel_Macron_(8)(1)

Le JDD publiait, ce samedi, une tribune soutenant la gestion de la crise sanitaire d’Emmanuel Macron, par « plus de 300 élus de droite et du PS ». Or on retrouve beaucoup d’élus des partis du gouvernement et peu venant du PS et de LR…

Une armée pour un homme ?

Ce texte collectif exprime le soutien de nombreux élus locaux aux mesures annoncées lundi 12 juillet par Emmanuel Macron. Mais il va plus loin : il loue également la réponse de l’exécutif sur le plan économique. Les signataires mettent enfin en avant leur volonté de faire bloc avec l’État dans la mise en œuvre d’une seule et même stratégie sanitaire. Parmi les signataires, l’on retrouve : Christian Estrosi (maire de Nice), Martine Vassal (présidente LR des Bouches-du-Rhône), François Rebsamen (maire PS de Dijon), Laurent Cathala (maire PS de Créteil), Arnaud Robinet (maire LR de Reims), Hubert Falco (maire de Toulon), Christophe Béchu (maire d’Angers) ou Laurent Marcangeli (maire d’Ajaccio).

Les objectifs de l’opération

Au-delà de la situation sanitaire et du débat sur le pass, cette « opération tribune » a été pilotée notamment par un Ministre, Sébastien Lecornu, et un proche conseiller d’Emmanuel Macron, Thierry Solère. Tous deux revendiquent la forme, dans l’esprit de la future campagne électorale de l’actuel président. En Marche et les partis disparaissent, ne restent que Macron. Faute d’ancrage partisan, le but de la démarche est de rapprocher, à terme, tous ces signataires d’une personne, au-dessus des partis. Une philosophie d’ailleurs conforme à l’esprit de la Cinquième République. Sur la forme, cela semble réussi…

Lire aussi : L’affrontement des pro et anti vaccins contre la Covid 19

Lecteur recherche élus PS ou LR….

…Mais la réalité est toute autre. Nous avons passé la liste de signataires au crible (seuls 78 n’ont pas pu être identifiés). Résultat : nous ne retrouvons qu’une dizaine de socialistes et une vingtaine chez les Républicains. Peuvent y être ajoutés une dizaine de divers gauche, et un peu plus de quarante élus divers droite. Face à l’armée de représentants LREM (69), divers centre (70) et MoDem (15) complétés par quelques édiles Agir (8), MRSL (5) et Territoires de Progrès (4), le caractère nouveau et massif de cette tribune est largement compromis.

Peu de « premiers pas » vers Macron dans cette tribune

Autre facteur de l’échec de l’opération : la plupart des « prises de guerre » mises en avant par le JDD s’étaient rapprochées du Président de la République avant l’exercice. Ainsi, nous comptons une cinquantaine de signataires ayant déjà rejoint les macronistes lors des échéances régionales. D’autres s’y sont pris pour les départementales et sénatoriales. Mais surtout : beaucoup étaient soutenus par les partis de la majorité aux municipales. C’est notamment le cas de Jean-Luc Moudenc, Christophe Béchu, Arnaud Robinet (soutenus par LREM), François Rebsamen ou Christian Estrosi (MoDem et MRSL). En tout, près des deux tiers des signataires avaient déjà approché le macronisme avant cette tribune.

Lire aussi : infopremiere.fr banalisation-de-la-violence-juvenile-les-questions-qui-derangent

Des réseaux limités

Moralité de l’histoire : bien que le nombre puisse surprendre, les élus regroupés ici découlent d’un petit nombre de réseaux. Notamment ceux de la majorité présidentielle. À droite, l’on retrouve les réseaux de La France Audacieuse et du tandem Sébastien Lecornu/Édouard Philippe. À gauche, quelques cas isolés, mais aussi quelques proches du maire de Dijon se sont prêtés à l’exercice. Enfin, Thierry Solère, déjà ouvrier du rapprochement d’En Marche avec Renaud Muselier, a pu récupérer quelques personnes. Pour le reste, cette opération de communication bien huilée permet d’oublier que le camp de l’exécutif est bien isolé…

Retrouvez la tribune du JDD ici.