Jean-Luc Mélenchon Premier ministre en juin prochain ?

Mélenchon bientôt Premier ministre ?

Mélenchon bientôt Premier ministre ?

Mélenchon Premier ministre en juin prochain ? Emmanuel Macron à peine réélu d’être élu, déjà ses contradicteur politiques s’organisent dans l’espoir de créer une cohabitation. Que permet la Constitution de notre Ve République ?

Plus d’info ?

Scénario plausible

Et si Jean-Luc Mélenchon, devenait le Premier ministre du deuxième quinquennat Macron ? Cette question ne se posait pas encore il y a quelques semaines. Pourtant, aujourd’hui, elle semble d’actualité. Du moins, certains aiment à le croire. Car ce scénario est plausible du point de vue constitutionnel.D’autant deux Français sur trois veulent une cohabitation en ne souhaitant pas qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité à l’Assemblée nationale.

Macron baisse sa popularité

Toutefois, ce désir s’accompagne de l’éloignement de… Jean-Luc Mélenchon comme premier ministre. Tout comme celui de Marine Le Pen ! Mais, paradoxalement, la popularité d’Emmanuel Macron continue de diminuer. Alors, en imaginant que le vœu du chef de file des Insoumis se réalise, il serait judicieux de se pencher sur ses premières mesures. Serait-il, tout d’abord, le profil voulu par Emmanuel Macron soit : « quelqu’un qui est attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive”.

Refus du R.S.A. en travail forcé

Parmi les premières mesures à retenir si Mélenchon devenait le Chef du gouvernement, il y a, évidemment la retraite à soixante ans. Un dossier qui lui tient à cœur. Dans son programme l’on retrouve, aussi, en première place, le refus du R.S.A. présenté en travail forcé. Un projet sur lequel il souhaite revenir. Et puis, il faut, également, retenir la garantie d’autonomie des étudiants et la réduction des écarts de salaires. Des thématiques très « à gauche » où, parmi elles l’allocation-dignité, trouve son terrain.

Référendum d’initiative Citoyenne

Il y aurait donc des discussions dans l’air avec Emmanuel Macron dans le cadre d’un processus constituant, ou, au mieux, le fameux référendum d’initiative citoyenne, sans oublier le référendum révocatoire par la négociation entre les deux Chambres. Il y a derrière tous ces projets comme un air de VI° République au cœur de la V°. Alors, pour les supporters de cette gauche désormais désignée « Nouvelle union populaire » réunissant écologistes et communistes, cet accord de principe conclu aujourd’hui, donne du baume au cœur.

infopremiere.fr cohabitation-la-france-se-dirige-t-elle-vers-cette-alternative

Rachaichir la V° République

En effet, sera abordée, prochainement, cette vision d’une France plus sociale attaché à la hausse du SMIC ( 1.400 € ), la planification écologique ou encore l’instauration d’une VI° République. Ce dernier point ne réjouissant nullement les défenseurs de la V°. Gaullistes en tête, mettant, à juste titre, en avant la valeur de sa Constitution. Seul, un rafraîchissement suffirait pour la rendre plus actuelle et mieux éclairer, notamment, la question du Référendum d’initiative citoyenne.

Union Européenne

Reste la question centrale de l’Union Européenne laquelle complique les débats. En effet, la France, pays fondateur, ne peut prôner la sortie de cette institution ni de sa monnaie. Mais, les désobéissances envisagées à certaines de ses règles parfois contradictoires avec les impératifs de l’urgence écologique et sociale, couteraient cher. Il faudra bien un jour envisager une renégociation des traités.

marseilleopinion.fr essais-raoult-de-nouveau-accule-par-les-ennuis