Le boulanger ciotaden qui fabrique les véritables pains au chocolat

Image : titre de la une

Le boulanger ciotaden qui fabrique les véritables pains au chocolat. Quelle belle lapalissade ! Le pain au chocolat serait donc… du pain au chocolat ! Aucune correspondance, donc, avec nos délicieuses chocolatines issues du plus noble art viennois. Elles sont la création de August Zang, génial importateur de ces fameuses « Schokoladencroissant », en France. il nous a laissé ce précieux héritage.

Temps de lecture : 2 Mn

Le bon sens d’un boulanger ciotaden

Chez Dominique Lauvernier, en plein centre de la Ciotat, on les appelle : « Délichoc ». Ce sont de véritables petits pains fourrés avec ce précieux chocolat noir dont on dit qu’il est salutaire pour la santé. Ils font le ravissement des gourmets locaux. En effet, ici, l’on peut distinguer le véritable pain au chocolat de la chocolatine. Car, il n’existe aucune connexion entre les deux produits. C’est là tout le bon sens de Dominique Lauvernier, maître des lieux, de mettre en évidence cette réalité.

Les manques du consommateur

Bien sûr, la fameuse chocolatine, dans sa conception viennoise, composée de pâte levée et judicieusement garnie, n’a aucun rapport avec le « pain au chocolat » donné aux écoliers. Et, si les manques du consommateur la désignent à tort : « pain au chocolat », Nicolas Berger, auteur d’une encyclopédie du chocolat (Chocolat, mots et gestes) rétablit une vérité historique. Voici ce qu’il rapporte : « pain au chocolat » désigne un morceau de pain dans lequel on fourre un bout de chocolat pour le goûter des écoliers.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr ce-que-cache-le-refus-de-vaccination-des-personnels-soignants

Schokoladencroissant  !

Il faut remonter en 1830, à Paris, au 92, rue Richelieu où la première « Boulangerie Viennoise » fut installée par un Autrichien : Auguste Zang. Cet homme a véritablement apporté la mode des viennoiseries. Elles étaient, à l’époque, composées avec de la pâte à brioche. Ainsi, l’on retrouve, parmi elles, le fameux croissant autrichien : « Kipferl » notre croissant actuel et… un croissant fourré au chocolat : « Schokoladencroissant ». Voilà l’origine du mot : « chocolatine » !

Appelez-moi : « chocolatine »

A ce cher monsieur Zang, importateur des « Schokoladencroissant » ( Chocolatine ) notre reconnaissance éternelle. Sa création revient justement a ce génial Autrichien. En l’entendant proposer ces « Schokoladencroissant » avec son accent, les Français ont progressivement transformé le mot en « Chocolatine ». Certains sourcilleux vous diront qu’une hypothèse lui désigne une origine anglaise. En cause, la présence des Anglais dans la région Aquitaine où on la nomme sous son véritable appellation. Or, de 1152 à 1453, l’Aquitaine devenue anglaise par le mariage d’Aliénor d’Aquitaine et de Henri II de Plantagenêt, l’on ne connaissait pas… le chocolat ! Cette conclusion est historiquement fausse !

En passant par La Ciotat…

Le premier terme pour désigner une viennoiserie fourrée au chocolat est bien : « Chocolatine », en raison de cette déformation linguistique. Voilà, c’est dit une bonne fois pour toutes ! Alors, après cette sympathique mise au point, si un jour votre chemin croise celui de La Ciotat, arrêtez-vous à la maison Lauvernier, chez ce boulanger ciotaden. Mais, de préférence tôt le matin. En effet, les petits pains au chocolat fondent à vue d’œil devant la fringale des clients… et des touristes qui retiennent l’adresse gourmande ! Il est prudent de réserver car les merveilleux « Délichoc » s’arrachent vraiment comme… des petits pains !
Scott Hamilton