Le scénario impossible des complotistes du Covid-19

image : covid-19

Le scénario impossible des complotistes du Covid-19. C’est le scénario de l’impossible, celui auquel pourrait s’attacher les complotistes ou les romanciers. Dans un monde imaginaire, un virus créé artificiellement décime les populations… Ce récit vous rappelle-t-il quelque chose ?

 

Thèse démentie

Combien sont-ils, par lassitude de cette situation, désespoir, ou fantasme, à s’enfermer dans des conceptions improbables. De sorte que le Covid-19 aurait été créé pour décimer l’humanité. Leur argument principal repose sur la présence d’infimes morceaux de la séquence génomique du V.I.H. En effet, ils sont identiques à des morceaux dans le SARS-CoV-2. A la mi-avril 2020, le chercheur Montagnier, nobélisé en 2008 pour avoir découvert le V.I.H. avec ses collaborateurs, à restauré cette thèse. Démentie, mais tenace, depuis, elle a fait des dégâts parmi les populations même si l’origine du virus n’est pas définitivement identifiée. Et, c’est bien là tout le poids qui accentue les rumeurs les plus farfelues entretenues par les complotistes de tous bords.

 

L’origine animale plausible

Cependant, à examiner la question d’une manière réaliste, la manipulation humaine du virus, n’est pas recevable. Mais, comment prouver que ce dernier s’est échappé d’un laboratoire ? Ce qui ne signifie pas qu’il n’est pas issu d’un laboratoire. Toutefois, ce n’est pas l’hypothèse la plus probable pour une raison essentielle En effet, la séquence génomique du SARS-CoV-2 est inédite. Or, s’il s’agissait d’un virus cultivé en laboratoire on s’attendrait plutôt à que sa séquence soit très proche de celles déjà étudiées et publiées. L’origine animale reste l’hypothèse la plus plausible. Elle émanerait des chauves-souris, certainement passée par un autre animal avant d’atteindre l’humain. Ce virus possède une similitude de 96 % avec d’autres virus retrouvés chez des chauves-souris (Rhinolophus affinis).

Lire aussi : Les francais sont vraiment champions du monde…

 

Les marchés asiatiques

L’on sait, aujourd’hui qu’une partie de la séquence de ce virus, se rapporte à un bout de la protéine sur la surface du virus. Cette dernière s’accroche aux cellules humaines. Ainsi, elle les infecte d’une manière similaire à celle trouvée dans des virus présents chez les pangolins. Les scientifiques penchent pour une thèse selon laquelle un virus émanant d’une chauve-souris aurait fusionné avec un virus provenant d’un pangolin. Parfois, aussi, d’un autre animal, pour créer ce nouveau virus. Il est notoire que des virus identiques à celui-ci circulaient dans les marchés asiatiques depuis longtemps. Assurément,les pangolins pouvaient en être infectés présentant les symptômes du Covid-19 pouvant aggraver le virus et atteindre l’infection humaine.

Encore, une fois, les conditions de captivité de ces animaux sauvages, inhumaines et déplorables favorisent les conditions de la transmission du virus entre différentes espèces animales. L’on ne s’étonnera plus de l’émergence des épidémies. Des contagions éloignées des croyances inventées par les plus complotistes…

Lire aussi : Encore une fois dénoncés : les pourvoyeurs des chiens de laboratoires