Le temps de parole sur INFOPREMIERE

Le temps de parole sur INFOPREMIERE

Comme les médias audiovisuels, nous respecterons désormais une répartition de temps de parole et d’articles politiques. INFOPREMIERE devient donc le premier média hors-C.S.A. à surveiller la couverture médiatique des différentes sensibilités politiques.

 

Du Conseil supérieur de l’audiovisuel

Les chaînes de télévision et canaux de radio sont contrôlés dans le temps de parole qu’ils attribuent aux personnalités politiques. C’est le Conseil supérieur de l’Audiovisuel qui détermine cette répartition de temps de parole et veille à son respect. Les médias virtuels et textuels, comme INFOPREMIERE, ne sont pas concernés. Or cette répartition de couverture médiatique, parfois critiquée par certains, s’avère être un gage de transparence et de justice si elle est correctement utilisée.

Hors période d’élections, le temps de parole est partagé comme suit : un tiers pour le gouvernement, un tiers pour les composantes de la majorité présidentielle et un tiers pour toute l’opposition. Le détail de cette dernière tranche est une équation prenant en compte le nombre d’élus des différents partis, leur participation et leurs scores aux différents scrutins. Seul le temps de parole est concerné, les sujets d’actualité peuvent, eux, servir ou desservir un espace politique plus que les autres.

INFOPREMIERE a alors décidé de mettre en place, et de respecter, une autre répartition qui concernera aussi bien le temps de parole que la couverture médiatique des différents bords politiques. Elle sera actualisée chaque année.

 

L’équité chez INFOPREMIERE

Cette répartition prend en compte trois composantes : le nombre d’élus, les scores aux élections et une répartition proportionnelle.

 

 

Contrairement au C.S.A., nous avons préféré une répartition de nos articles en fonction des tendances politiques, et non des partis. Plusieurs raisons justifient ce choix ; de moins en moins de personnes croient aux partis politiques, certains espaces comprennent plus de partis que les autres alors que la proportion d’électorat reste la même…

Nous avons donc classé les différents partis français selon neuf catégories :

  1. extrême-gauche (trotskysme, communautarisme, communisme authentique, gauche révolutionnaire)
  2. gauche et gauche radicale (socialisme, gauche souverainiste antilibéralisme modéré)
  3. centre (libéralisme, fédéralisme européen)
  4. droite, souverainistes et eurosceptiques (l’ensemble des partis originaires de l’UNR et du RPR)
  5. extrême-droite (anti-immigration, conservatisme assumé, racialisme et déclinaisons plus extrêmes)
  6. partis au pouvoir
  7. écologistes
  8. régionalistes
  9. divers.

 

Le détail des chiffres

Les élus et mandats pris en compte sont les ministres, parlementaires, conseillers régionaux et conseillers départementaux. Une prime est appliquée en fonction de l’importance du mandat :

  • trois points pour les ministres, parlementaires et présidents de conseils régionaux
  • deux points pour les conseillers régionaux et présidents de conseils départementaux
  • un point pour les conseillers départementaux.

Si une élection a eu lieu à la fin de la période précédente, le coefficient est doublé. Par exemple, pour la période 2019-2020, les députés européens fraîchement élus vaudront six points. Les conseillers de Lyon et de Paris ont été inclus dans les conseillers départementaux.

Pour les scores aux élections, nous prenons les trois derniers scrutins en date, et attribuons un coefficient trois au plus récent, deux au suivant et un au moins récent. La seule exception est celle de la présidentielle et des législatives : si ces élections apparaissent toutes deux, la présidentielle aura un coefficient supérieur aux législatives qui en découlent (soit trois et deux, soit deux et un).