Le Titanic vient de libérer un nouveau mystère !

Le Titanic vient de libérer un nouveau mystère !

Le Titanic vient de libérer un nouveau mystère ! un bruit étrange provenait de l’épave. Durant plus de deux décennies, un mystérieux « Bip » su sonar prés du site de l’épave à intrigué les équipes de chercheurs. Aujourd’hui, ils détiennent une incroyable réponse..

Top Exclusif  ! explore l’actualité brûlante pour vous

” Bip ” mystérieux 

Décidément, l’épopée du Titanic n’en finit de rebondir. Cent après le terrible naufrage, l’épave recèle encore de nombreux mystère. Un nouvelle énigme vient d’être résolue, récemment celle de l’impossibilité d’établir le particularisme d’un mystérieux ” bip ” de sonar à proximité du site de l’épave. Aujourd’hui, une étonnante réponse est fournie aux scientifiques qui s’intéressent à elle.

Le mystère résolu

En effet, ce son mystérieux a été identifié. Grâce à une nouvelle expédition de l’OceanGate Expeditions, les débris du navire ont été expertisés. En effet, ce groupe de chercheurs, placé sous la houlette de Paul Henry Nargeolet, a entrepris une mission particulière à l’endroit même où se trouve le l’épave. Voici donc le mystère résolu après… vingt-six  ans de questionnements !

Sur le site de l’épave

Pas moins de trente fois Nargeolet a plongé dans l’immense zone de naufrage du Titanic. En 1998, au cours de l’une ces explorations, il avait enregistré un mystérieux ” bip “  sonar près du site de l’épave. Mais, quelle nouvelle diablerie pouvait-elle encore s’emparer du célèbre bateau naufragé en 1912 ?

Singularité géologique

Personne ne s’était montré assez ingénieux, depuis ces dernières décennies  pour déceler l’origine du signal. Et s’il avait s’agit d’un autre naufrage ? L’interrogation restait pleinement de circonstance. Peut-être un état de singularité géologique ? En tous cas, un élément totalement secret jusqu’à récemment.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr dissolution-inevitable-et-impensable-a-la-fois

Fascinante formation volcanique

Mais, au début de 2022, Nargeolet et ses chercheurs ont, enfin mis au jour l’explication des sons provenant d’un récif sous-marin débordant de vies marines à  deux mille neuf-cent mètres sous la surface de l’eau…

Voici ce qu’il a déclaré :

” Nous ne savions pas ce que nous allions trouver. Sur le sonar, cela aurait pu être un certain nombre de choses, y compris peut-être une autre épave. Je cherchais l’opportunité d’explorer ce grand objet qui est apparu sur le sonar il y a si longtemps. C’était incroyable d’explorer cette zone et de trouver cette fascinante formation volcanique grouillante de vie.”

Mais, ce n’est pas tout !

Au sein de cette zone, éponges, coraux, poissons et homards y évoluent sereinement au sommet de la crête de basalte, provisoirement baptisée : « crête de Nargeolet-Fanning » en l’honneur de Nargeolet et Oisín Fanning, un autre spécialiste de mission de cette expédition.

Et maintenant ?

Il faudra un temps un peu long pour examiner images et vidéos de la plongée. Car, l’équipe désire morceler ses découvertes avec d’autres scientifiques afin d’optimiser nos connaissances de la vie en haute mer. Les chercheurs ont aussi rassemblé des échantillons d’eau pouvant passer par des processus d’analyse de l’A.D.N. environnemental.

Ecosystèmes

Le but :  renforcer leurs connaissances sur les espèces évoluant sur cette crête nouvellement mise à jour. Ces études feront peut-être émerger de nouvelles données sur le changement climatique qui affecte les océans. Le caractère dont les écosystèmes délicats pourraient s’adapter et susceptibles de survivre face au réchauffement des eaux intéresse tout particulièrement ces chercheurs…

VOIR : https://www.youtube.com/watch?v=snracxz8T8o&t=247s