Le tour de force de Renaud Muselier pour l’avenir…

Image : Renaud Muselier

Le tour de force de Renaud Muselier pour l’avenir. C’était couru d’avance cet accord avec LaREM en Paca. Aujourd’hui, il enflamme les bribes de la droite. Mais à y regarder de plus près, le président du Conseil régional du Sud Est à certainement une petite idée derrière la tête…

Lisibilité, pas ambiguïté

Ainsi, L.R. a retiré l’investiture à Renaud Muselier, en Paca, aux régionales. En cause, la décision d’En Marche de lui apporter son soutien. Car, en règle générale, le premier tour est celui de la lisibilité et de la fidélité pas celui de l’ambiguïté. C’est, pourtant, la voie choisie par celui qui appelait, hier encore, à un ample rassemblement autour de sa candidature.

Implosion d’une famille politique

C’est cette absence de clarté à laquelle se mêle une grande trahison que lui reprochent les ténors de L.R.. Avec à la clé le risque d’implosion de la famille politique. Et, peut-être, celui de voir passer la région au Rassemblement national. Cette réaction enflammée fait dire à David Lisnard, maire de Cannes : «  On ne peut pas dénoncer une politique que l’on croit négative pour le pays et nouer des accords politiciens. C’est la meilleure façon de tout perdre ».

Nouvelle liste ?

Alors, une nouvelle liste L.R. sera t-elle élaborée afin de solutionner la situation ? Le sujet sera traité dès demain, au conseil stratégique et au programme de la commission d’investiture, demain soir, en présence de… Muselier. L’on imagine déjà la froideur du climat ! Il faut bien dire que depuis longtemps ses arguments ne rassuraient plus ses amis, les Républicains. Même s’ils espéraient qu’ils ne commette l’irréparable. Mais, intuitifs, sa façon de faire valoir la solidité de sa « colonne vertébrale », convainquait peu.

Société : infopremiere.fr emmanuel-macron-serait-il-deja-en-campagne-pour-2022

« Pas sincère. Nous sommes trahis ! »

C’est ce nous rapporte un proche qui connaît bien l’élu du sud. Celui qui, précisément, défendait une supposée stratégie locale destinée à contrer le R.N.  » Il jurait haut et fort qu’aucun accord d’appareils ne se nouerait avec LaREM. Voilà maintenant le résultat !  » ajoute cet intime qui ne partage pas, tout comme Eric Cioti, député L.R. des Alpes-Maritimes : «  ce coup de poignard dans le dos » 

Un accord avec Macron

L’analyse de la situation est éloquente. Les Républicains risquent de se retrouver en 2022 dans une posture vraiment très délicate. Car, en réalité, Muselier, Estrosi et Falco ont passé un accord avec Emmanuel Macron. Et, les tentacules de cette combinaison s’étendent bien bien au-delà des régionales. Avec sur toile de fond un probable rapprochement avec Emmanuel Macron. A plus forte raison en cas de réélection en 2022.

La rédaction vous conseille : topexclusif.fr des-etudiants-invites-a-devenir-des-espions-francais

Le piège

Un piège signé Macron, sur fond de présidentielle. Alors qu’est-ce que Muselier à vraiment derrière la tête ? Premièrement préserver son siège. Avec un risque. Celui de se retrouver dans l’escarcelle d’Estrosi. Autrement dit, une tel accord revient à valider la stratégie de Macron au plan national. Les vestiges de ce que l’on appelait hier  » la droite «  sont, décidément, en bien mauvaise posture. L’édifice est proche de l’effondrement. Etait-ce là le dernier coup de canon dans l’ultime pan du mur  ? C’est Emmanuel Macron qui s’esclaffe !