Les Français déconcertés par l’attitude des politiques…

Image : titre de la une

Les Français déconcertés par l’attitude des politiques… Avec l’approche des présidentielles, les Français, surtout nos ainés, sont déconcertés face à l’attitude de nos élus. Mais, nous sommes nombreux à nous interroger sur les valeurs et les véritables motivations des uns et des autres. Regard sur tous ces changements.

Lecture : 2 Mn

Abaissement du niveau de culture des politiques

Avez-vous remarqué combien, à coup de phrases lapidaires, nos acteurs politiques ne savent plus créer de l’espoir. Adieu, l’aspiration de jours meilleurs nimbés d’une indispensable confiance. Celles que savaient nous  » vendre  » les hommes du passé. Or, c’est, précisément, cette idée de sécurité savamment brandie qui faisait élire le candidat. François Mitterrand et Jacques Chirac le savaient bien. La stérilisation du discours politique, d’une part, et la surmédiatisation, d’autre part, ont considérablement modifié le visage de la politique.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr marion-marechal-rejoindrait-eric-zemmour-etonnant

Discours standardisés, américanisés…

Alors, l’on a l’impression que la politique n’existe que pour combler les recherches de pouvoirs et canaliser des enchevêtrements de situations. Museler les audacieux qui tentent de les solutionner, s’inscrit aussi, sur ce sinistre tableau. Toutefois, la technocratie a remplacé les longs et doctes réquisitoires des grands noms de l’histoire. De ces déclarations jaillissaient la volonté, les convictions des hommes sans la participation de collaborateurs formés à des études théoriques. Les discours standardisés, américanisés, aux formules remplies d’anglicismes nous offrent cette politique spectacle insipide reprise par les media.

Absence d’affection pour les Français

Enfin, cette surmédiatisation produit la distanciation de nos compatriotes pour la politique et de ses représentants. L’absence d’affection des Français est manifeste ! Celle qu’ils témoignaient, jadis, à l’égard d’un de Gaulle ou d’un Mitterrand. Ou encore d’un Jacques Chirac. La V° République vacille à cause de ces postures. Mais, également, en raison de ces abandons de partage et de transmission. Décidément, les choses de l’État suscitent désillusions sur désillusions. Et, pendant ce temps, les Français se désespèrent, alors, de voir leurs conditions de vies ramenées à une politique spectacle où l’espoir n’est plus présent !

LIRE : marseilleopinion.fr prostitution-encore-un-reseau-demantele-a-marseille