Les politiques doivent apprendre à présenter leurs excuses…

Image :panneau direction excuses ou non

Les politiques doivent apprendre à présenter leurs excuses… S’il est aisé de s’excuser, ce comportement est incohérent.  » Je m’excuse «  signifie que l’on s’excuse soi-même. Bref, seul, présenter ses excuses est conforme aux règles d’une démonstration galante…

Les excuses d’Angela

Mais, il vrai que se disculper, en France, en politique, relève du tabou. Il aura fallut qu’Angela Merkel montre l’exemple de la sincérité pour que les comparaisons entre la France et l’Allemagne fassent débat. Et, aujourd’hui, se pose un vrai questionnement. Serais-ce donc, pour les Français, une preuve de faiblesse que se justifier, notamment lorsque l’on appartient au monde public ?

Reconnaitre ses fautes

Il est vrai que dans la sphère implexe de la politique, opposition et regard médiatique, jouent en permanence le jeu de la provocation. Au delà de ce phénomène, l’agression surgit, aussi, à la moindre fausse note. Reconnaître une faute, c’est donc fournir l’occasion de susciter le blâme, se voir immédiatement condamné. Ce sont là les restes d’une monarchie de droit divin où l’on ne présentait jamais ses excuses. Ils sont encore bien présents dans l’esprit français. Mais, il serait judicieux, pour nos élus, de passer à travers les mailles de ce filet étrangleur. Exercice ingrat en politique.

Société : infopremiere.fr un report des elections suscite la colere generale des elus

Les temps ont changé…

…notamment en cette période délicate de crise sanitaire où le modèle social s’est métamorphosé. Alors, bannir l’excuse de son vocabulaire constitue-il, vraiment la meilleure alternative ? Certains penseront que se montrer insubmersible, très déterminé, révèle d’une forte assurance. Mais, d’autre part, est-ce là, vraiment, ce qu’attendent les Français de la part de leurs dirigeants ?

Jouer la franchise

Nos politiques auraient donc intérêt à montrer, parfois, un peu d’humilité plutôt que cette infaillibilité pathologique. C’est donc se murer dans une attitude bancale, ce maintien austère. Car personne n’est manifestement immanquable. Pas même le président de la République ! Revenir sur une décision, jouer sur la confiance et la franchise, montrer sa détermination, n’empêchent pas de présenter ses excuses…

Lire aussi : topexclusif.fr les espions des services de renseignement dejouent les terroristes