Les Républicains dans les abysses à la veille des présidentielles !

Image du jour : Les Républicains

Les Républicains dans les abysses à la veille des présidentielles ! C’est, hélas, la mauvaise nouvelle, ce constat éloquent qui voit L.R. au plus bas. Pourtant, il existe une corde pour remonter… Encore faut-il y avoir recours.

L’image du premier des Français toujours d’actualité.

Pour sortir de ce gouffre infernal, dans lequel la France stagne, la solution s’appelle « gaullisme ! ». Car, la droite actuelle privée d’un véritable chef de file se voit insérée dans un étaux entre Larem et le R.N. Alors, l’image du général De Gaulle peut-elle lui servir de repaire ? C’est le sage conseil que préconisent certains ténors du parti tombé en désuétude. Un retour aux sources. Alors, bien sûr, l’image du premier des Français des années soixante et au delà, reste d’actualité. Notamment, elle ressurgit lors des élections présidentielles. Chaque parti se l’attribue tant pour ce qui reste de la droite, du centre et, de nos jours, à l’extrême droite. Alors, en 2022, sans surprise, nous allons la revoir reparaître. Mais, De Gaulle n’était pas « à droite », ni « à gauche ». Il était Français et pour la France. Tout simplement !

Rappelons-nous de ses paroles :  « La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. Ce n’est pas la gauche, la France ! Ce n’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français, comme de tout temps, ressentent en eux des courants. Il y a l’éternel courant du mouvement qui va aux réformes, qui va aux changements, qui est naturellement nécessaire, et puis, il y a aussi un courant de l’ordre, de la règle, de la tradition, qui lui aussi est nécessaire. C’est avec tout cela qu’on fait la France ».

infopremiere.fr departementales-a-nice-les-projets-ambitieux-de-christian-razeau

La pensée politique du général.

A y regarder de plus près, notons que le fondateur de la V° République voulait une politique d’indépendance. Mais, aussi, la grandeur de sa nation à l’international. Aujourd’hui, il serait de bon ton que les ruines de la droite s’inspirent de ce personnage haut en couleurs. Elles illustreraient la pensée politique du général, tant le gaullisme repose sur une actualité économique évidente et sur le… rassemblement. C’est ainsi que du point de vue idéologique, le R.P.F. s’illustrait. Il se composait de Françaises et des Français issus de différents horizons dont une majorité émanait « des droites ». Elles n’étouffaient pas la minorité des « gaullistes de gauche ».

La protection de l’indépendance nationale.

En 2022, il faudra que la France s’appuie sur un programme politique articulé autour de trois axes fondamentaux. D’abord, il faudra revenir à une puissante assise institutionnelle. Celle de la V° République, parfaite, mais dans le souci d’une modernisation ouverte sur une politique économique et sociale. Enfin, le troisième socle devrait s’ouvrir sue une politique étrangère axée sur la protection de l’indépendance nationale. C’est, à ce seul prix, qu’un programme cohérent pourra redresser notre pays et améliorer le niveau de vie des Français. Car, hélas, notre faible économie, ne permet plus à la France, sur la scène internationale, d’égaliser avec les puissances qui l’entoure.

marseilleopinion.fr pourquoi-thierry-mariani-va-gagner-les-regionales

Qu’est devenue la voix de la France ?

Toutefois, le gaullisme ne parle pas aux jeunes générations. Il faudra donc que les relents de la droite réalise un travail d’information conséquent si elle tient à s’inspirer d’une politique gaulliste. Or, par ailleurs, cette France, diluée dans l’Union européenne, ne privilégie plus ses propres intérêts mais ceux de l’U.E. Qu’est devenue la voix de la France ? Celle d’une état indépendant de ses alliés qui a bradé sa souveraineté, mais aussi, ses intérêts économiques. Alors, seul, un programme harmonieux visant un renouement avec la souveraineté française, retour aux fondamentaux gaulliens peut sauver notre pays. Mais, il faudra compter sur un électorat reposant sur les restes de cette ancienne droite composée d’européistes convaincus. La partie n’est pas encore gagnée !

Patricia Herszman : « On a scandaleusement sali l’image de Mme Claude ! »