Marc Menant s’en prend aux vaccins et leur inquiétante histoire !

Marc menant s'en prend aux vaccins

Marc Menant s’en prend aux vaccins et leur inquiétante histoire ! Alors que l’Agence nationale de sécurité du médicament (A.N.S.M.) publie cette semaine les principaux effets indésirables des vaccins anti-covid, Marc menant, journaliste publie un livre dont le titre reste édifiant. Nous nous sommes penché sur cette précieuse étude qui va très certainement enthousiasmer les incrédules de l’histoire pastorienne…

Top Exclusif vous en dit plus !

Rapport des principaux effets secondaires

Il y a ceux qui se taisent et suivent comme des moutons le troupeau vaccinal. Et puis, il y a les autres. Ceux qui ont compris le sens de la gigantesque fumisterie dissimulée derrière le principe vaccinal et l’enrichissement des lobbys pharmaceutiques. Alors que sort l’ouvrage de Marc Menant : « L’inquiétante histoire des vaccins », hasard du calendrier, mais, aussi, sans doute poussée par la vague anti-vaccins, seize mois après le lancement de la campagne de vaccination en France, cette institution dresse un rapport des principaux effets secondaires constatés des vaccins anti-covid.

Marc Menant s’est lancé dans une étude exhaustive

Pour la première fois elle reconnait « des effets rares potentiellement dangereux » notamment ceux de Vaccins Pfizer et Moderna. Nous y voilà ! Du côté de chez Janssen elle met en lumière les principaux effets graves à la fréquence indéterminée et l’inflammation de la moelle épinière. Quant à AstraZeneca, son principal effet indésirable :  » un gonflement rapide sous la peau dans des régions telles que le visage, les lèvres, la bouche et la gorge peuvent entraîner une difficulté à avaler ou à respirer « , détaille l’A.N.S.M. Bref, toutes ces craintes ressenties par les lucides anti-vaccins, Marc Menant, s’est lancé dans une étude exhaustive du sujet.

Les grandes épidémies

Alors, comme toujours, les médisants détecteront un étrange parallèle de l’édition de cet essai placé sous la houlette de l’éditrice d’Eric Zemmour. D’autres ne manquerons pas de rappeler le complotisme de « France soir ». Est-ce de là qu’émergent les seules misérables observations des pro-vaccins envers les démonstrations du camp adverse ? De son côté, Marc Menant revient sur les grandes épidémies et exhibe une redoutable vérité sur le mensonge entretenu depuis des décennies sur le modèle vaccinal qui prémuniraient contre les grands fléaux infectieux.

Il épingle Pasteur

A l’instar des incrédules, il réfute les travaux de Pasteur et le consensus médical sur l’apport des vaccins à la société. Cet anti vaccin convaincu nous dit que :  » les données sur le Covid-19 ne seraient ainsi pas pertinentes, du fait d’un échantillon jugé trop faible. On ne veut voir que ce qui nous arrange. » Auteur de  » La médecine nous tue «  (2008) il s’est donc intéressé à l’histoire des vaccins en commençant par Pasteur.

La rage, maladie marginale

Marc Menant avoue avoir lu les carnets de laboratoire de Pasteur et le texte de son collaborateur, Emile Roux. Il y a découvert, que le célèbre chimiste a voulu un vaccin contre la rage, « alors qu’il s’agissait d’une maladie absolument marginale. Mais, les effets de cette maladie étaient visuellement spectaculaires. Pasteur voulait marquer les esprits pour imposer la vaccination. Et qu’importe si son vaccin contre la rage a eu des résultats très décevants. »  

Enfin, selon l’auteur et un grand nombre de scientifiques les circonstances font que les populations sont emportés ou non par les bactéries ou virus. Aujourd’hui, le Covid-19 fait plus de dégâts chez les gens pauvres ou atteints de comorbidités. C’est aussi ce que constate Marc Menant ! Nul doute que ce livre satisfera la pensée et les engagements de la population anti vaccin…