Nicolas Sarkozy : un retour de manivelle prévisible…

image : Nicolas Sarkozy

photo Wikipedia

Nicolas Sarkozy : un retour de manivelle prévisible… Avec trois ans de prison, dont un ferme, dans l’affaire des écoutes, Nicolas Sarkozy devient donc le deuxième ancien président de la République à subir une lourde condamnation sous la Ve République.

Rendez-vous le 17 mars prochain

Déclaré coupable de corruption et trafic d’influence, Nicolas Sarkozy fera, sans doute, appel de cette décision. C’est une grande première dans l’histoire des Républiques françaises. Mais, pour lui, le parcours judiciaire n’est pas terminé car le 17 mars prochain, l’ancien président devra se présenter au Tribunal dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Aujourd’hui, débute, pour lui, le premier volet d’une longue série d’affaires obscures. En effet,  Nicolas Sarkozy citoyen – presque – lambda n’est plus au dessus des lois. Il est redevenu justiciable comme tout un chacun.

Souffre-douleur des juges ?

Cependant, qu’il nous soit permis de nous interroger sur cette suspicion d’« acharnement », dont il serait victime et que dénonce, courroucée, son épouse Carla Bruni. En effet, à l’instar de l’artiste, aujourd’hui, en ce premier mars 2021, 65 % des Français pensent que Nicolas Sarkozy est devenu le souffre-douleur des juges et leur  » acharnement  » est probant. Et, cette affaire, une grande première, risque d’installer la France dans un climat de suspicion, notamment à l’égard des institutions.

Société : infopremiere.fr regionales 2021 a quoi faut il vraiment-sattendre

Souvenirs, souvenirs

De nombreuses questions restent, toutefois, en suspend. En effet, qui, au départ, a donné l’ordre de pratiquer les écoutes qui sont au cœur de cette affaire ? Quel juge, aux ordres du pouvoir, les a, par la suite, diffusé auprès du pouvoir de l’époque ? Qui a décidé de les rendre publiques ? Qui en à bénéficié ? Il est bon de se souvenir, au sommet de ces interrogations que lorsque la droite était au pouvoir, ses représentants étaient persuadés qu’elle pouvait instrumentaliser la justice.

Retour de manivelle violent ?

Ainsi, à de nombreuses reprises, Nicolas Sarkozy a titillé la magistrature. Il est probable qu’aujourd’hui un retour de manivelle violent en forme la réponse. Car, d’une part, sur le plan humain, quiconque ne peut entraver les magistrats de pencher à droite ou… à gauche ! La partialité pèse dans la balance. Et, d’autre part, il est plausible qu’une certaine forme de revanche ait pu l’alourdir…

Plus fort dans quelques années…

Alors, l’ex président sortira-t-il affaibli de cette épreuve ? Réponse dans les années à venir. En attendant, celui qui est redevenu avocat et homme d’affaire, s’efface totalement de la scène publique. Mais les Français ont la mémoire courte. Peut-être que dans quelques décennies, Nicolas Sarkozy reviendra plus fort de ces épruves. Les attaques cuisantes renforcent l’ardeur de certains sujets. On l’a vu dans d’autres situations…

A lire aussi :topexclusif.fr  les beuveries chez les 15 25 ans en pleine recrudescence