Pr Sabattier : Retour sur les effets délétères de la vaccination Covid-19…

Image : titre de la une

Sabattier : Retour sur les effets délétères de la vaccination Covid-19. il y a, en France, des millions de personnes qui tremblent et se posent des questions sur le sens de la vaccination subie dans le cadre de la crise sanitaire contre le Covid-19. Mais, aujourd’hui, en face d’eux, se dresse un éminent directeur de recherches du C.N.R.S : Jean-Marc Sabattier. Il met la France en alerte sur les effets secondaires de la vaccination contre virus. Top Exclusif ! y est attentif…

Top Exclusif ! vous en dit plus !

Il sait de quoi il parle

Les défenseurs de la vaccination contre le virus ne pourront plus se dissimuler derrière le mot : « complotisme » pour défendre ce modèle de prévention. Face aux arguments qui peuvent être opposés, un professeur, docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie. Un homme qui sait de quoi il parle. Pas un perroquet qui se contente de répéter inexorablement les propos de certains rapporteurs qui ne possède aucune maîtrise de la science ou de la médecine ! En effet, une étude danoise commentée par le Pr Raoult, met le feu aux poudres. Sa mise en valeur démontre une réalité criante : la quasi-totalité des personnes infectées par Omicron ont été… vaccinées.

Les Français sont ” fatigués ” par les rappels

Mais, aujourd’hui, des évaluations sévères illustrent que les vaccins n’ont pas été évalués dans des conditions normales. Ce qui motive, maintenant, l’arrêt des politiques vaccinales. Car les Français sont ” fatigués ” par ces rappels. La quatrième injection, pour la plupart est refusée. Beaucoup sont conscients que ces vaccins ne sont pas totalement bénins ni aussi probants que l’on a voulu le laisser entendre. En outre, leurs effets secondaires à long terme sont inconnus. Et, ces suspicions n’émanent pas de n’importe quel hurluberlu, ni d’un complotiste, mais de quelqu’un de crédible : Le Pr Sabattier, directeur de recherches au C.N.R.S..

infopremiere.frukraine-limpact-psychologique-restera-grave-dans-les-memoires

Les vaccins ne sont pas sans risques

Le scientifique est aussi docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie, affilié à l’Institut de Neuro Physiopathologie (I.N.P.), à l’université d’Aix-Marseille. Dès lors, qui pourrait remettre en question ses propos ? Notamment lorsqu’il avance que les vaccins ne sont pas sans risques. Pour justifier ses dires, il se lance dans une savante démonstration. Il nous dit que le fameux virus en effet s’en prend aux organismes et induit le Covid-19. Pour les défendre, il faut apprendre à notre système immunitaire à neutraliser le virus, d’où le recours au vaccin. Pour éclairer nos organisme à une protection avant une infection virale, il faut l’exposer à des constituants de ce virus.

L’on fait produire par l’organisme un ou plusieurs antigènes

Pour cela, l’on procède à l’injection un ou plusieurs antigènes viraux, ou l’on fait produire par l’organisme un ou plusieurs de ces antigènes. Le but de ces vaccins repose sur la stimulation la réponse immunitaire pour reconnaître et neutraliser le SARS-CoV-2… Dans la majorité des vaccins actuels, on cible la production, par notre organisme, de la protéine spike du SARS à l’aide de vaccins à ARNm ( Pfizer-BioNtech ou Moderna ) ou de vaccins à vecteurs viraux exprimant cette protéine ( AstraZeneca et Janssen ).

Peut-elle être dangereuse ?

Le vaccin « Nuvaxovid » de Novavax à venir est directement basé sur la protéine spike recombinante. En réalité, ces protéines spike vaccinales sont légèrement modifiées par rapport à la protéine spike virale. Dans le cas des vaccins Chinois ( Sinovac et Sinopharm ), on injecte la totalité de la particule virale dont on a neutralisé le pouvoir infectieux par un traitement chimique préalable. Mais, cette vaccination contre le Covid-19 peut-elle être dangereuse ? En fait, les vaccins doivent répondre à deux critères : efficacité et innocuité.

Pas vraiment inoffensifs

Cependant, il est notable que les personnes vaccinées peuvent être infectées par les variants du SARS-CoV-2. Elles peuvent même transmettre le virus. Alors où est l’efficacité ? De même, ces vaccins première génération sont pourvus d’effets secondaires ( pas toujours graves ). Clairement, ils ne sont pas vraiment inoffensifs selon les personnes. Par ailleurs, l’innocuité des vaccins devrait représenter la condition sine qua non. Mais, elle n’existe pas.

Mes effets peuvent se révéler plus « tardifs »

Le Pr Sabattier parle aussi des vaccins des effets secondaires. Ceux dits : « immédiats » après la vaccination. Ainsi, myocardites, péricardites, thromboses, thrombocytopénies, troubles de la menstruation, les effets peuvent se révéler plus « tardifs » ( des mois ou des années à surgir ). C’est la cas, notamment, des maladies auto-immunes, tels que les cancers et pathologies neurologiques. Voilà pourquoi, l’homme de science ne recommande pas la vaccination massive des populations dans le cadre du Covid-19.

La vaccination de masse dépasse l’objectif sanitaire

Plus particulièrement, lorsqu’il s’agit des plus jeunes avec ces pseudo-vaccins. Car : « Cette vaccination de masse est déraisonnable. Elle et se fait souvent au détriment de traitements alternatifs potentiels, tels que vitamine D, Ivermectine et autres… » Ainsi, le Pr Sabattier estime que cette vaccination de masse dépasse l’objectif sanitaire. Puis, il revient sur l’immunité naturelle, pour traiter le variant Omicron moins dangereux que les précédents. Selon lui, il constitue une véritable alternative pour en finir avec cette pandémie. En effet, la spécificité de ce variant est favorable aux populations, de par sa son aspect contagieux.

Acharnement du Conseil scientifique et vaccination obligatoire

Enfin, le Pr Sabattier revient sur une question essentielle. En l’occurrence, sur l’acharnement du Conseil scientifique sur une vaccination obligatoire. Car, il est probable, ( ce que soutient depuis des lustres les plus avisés ) que cette institution « n’a pas les mains libres. Elle doit être obligée de s’aligner sur la politique sanitaire gouvernementale… ». Le professeur s’étonne des décisions « parfois irrationnelles, ne pouvant pas imaginer que les membres de ce conseil décident réellement de la politique sanitaire française. » Ce qui explique facilement que les spécialistes régulièrement invités les plateaux télévisés, sont souvent des mêmes. Évidemment, elles se montrent favorables à la vaccination de masse et à ses multiples rappels.

Quant à ceux qui tiennent un discours différent ou, parfois émettent des doutes sur le bien-fondé de la vaccination non sélective de la population, ils ne sont généralement pas invités. Ainsi les discours dans les médias soutiennent tous le même courant en faveur de la vaccination. Le Pr Sabattier le regrette.
 Nous aussi !

marseilleopinion.fr lattaque-des-policiers-finit-a-coups-de-couteau