Vladimir Poutine : l’exclusion aux funérailles d’Elizabeth II

Les vraies raisons de l'exclusion de Poutine aux funérailles d'Elizabeth II

Les vraies raisons de l'exclusion de Poutine aux funérailles d'Elizabeth II

Vladimir Poutine : l’exclusion aux funérailles d’Elizabeth II. Hier, 19 septembre, se sont déroulées les funérailles de la reine Elisabeth II. Invités de nombreux chefs d’Etats, à l’exception de… Vladimir Poutine.

Plus d’infos ?

Poutine fulmine

Diplomatie oblige, certaines têtes couronnées comme le président russe n’ont pas été conviées à cet événement. Notamment, celles de l’Afghanistan, la Birmanie et de la Corée du Nord. Il avait fait connaitre son intention de ne pas y participer. Mais, paradoxalement, le président ne décolère pas de ne pas paraître sur la liste des invités.

Lire aussi :  infopremiere.fr/projet-de-loi-pour-le-pouvoir-dachat-quen-ressortira-t-il

Immoral

En effet, il a récemment déclaré : « Nous considérons cette tentative britannique d’utiliser la tragédie nationale qui a touché le cœur de millions de personnes dans le monde à des fins géopolitiques pour régler des comptes avec notre pays… comme profondément immorale… Ceci est particulièrement blasphématoire vis-à-vis de la mémoire d’Élisabeth II ».

Ukraine

En fond de toile, l’invasion de l’Ukraine. Car, les réactions à cette tragédie tant décriée par la plupart des pays fait grincer les dents de Poutine : « Nous considérons cette tentative britannique d’utiliser la tragédie nationale qui a touché le cœur de millions de personnes dans le monde à des fins géopolitiques pour régler des comptes avec notre pays. »

La Syrie et le Vénézuela exclus

Ainsi, le président de la Russie déplore, à son encontre, une attitude « blasphématoire » et « immorale » de la part du Royaume-Uni. Or, ce choix diplomatique éclaire la situation politique de ces pays. Par ailleurs, il faut noter que la Syrie et le Venezuela ne seront pas davantage conviés à cet évènement. La Grande-Bretagne ne possédant aucune relation diplomatique avec ces Etats.

Relations diplomatiques Grande-Bretagne/Russie peu éclatantes

Pourtant, le 8 septembre, Vladimir Poutine avait rendu un hommage appuyé à la défunte reine : « Pendant de nombreuses décennies, Elizabeth II jouissait à juste titre de l’amour et du respect de ses sujets. Ainsi que d’une autorité sur la scène mondiale. » Alors, à ce jour, les relations diplomatiques Grande-Bretagne-Russie ne sont pas des plus éclatantes. Même si le chef du Kremlin avait souligné : « Les événements les plus importants de l’histoire récente du Royaume-Uni sont inextricablement liés au nom de sa Majesté. »

M. et S. Hamilton

https://www.youtube.com/watch?v=JpF7sGJbk20