Vote blanc : A force de le demander il faudra bien qu’il soit validé !

un jour le vote blanc sera enfin validé !

Un jour le vote blanc sera enfin validé !

Vote blanc : A force de le demander, il faudra bien qu’il soit validé ! Reconnu à l’élection présidentielle, le vote blanc n’aurait pas donné à Emmanuel Macron 58,5 % des suffrages exprimés. Mais, seulement 54,7 % des votes reconnus. En fait, que changerait la reconnaissance du vote blanc si attendue par une importante partie de la population française ?

Plus d’info ?

Demandé par une majorité de partis

Ce modèle du vote blanc, est, précisément, la formule que proposent de nombreux candidats. Ceci, afin de considérer ces bulletins sans inscription qui s’invitent dans les urnes à l’occasion des élections. Aujourd’hui, de plus en plus sollicité, ce modèle, finira bien par remporter le suffrage… de nos élus. D’autant qu’une majorité de partis le réclame.

Réduction de l’abstention

Car la proposition n’est pas banale. En effet, elle participerait massivement à la réduction  de l’abstention. Autrement dit, la formule permettrait, aussi, de prendre en considération les inclinations des électeurs indécis. L’exemple récent est flagrant. Cependant, il ne faut confondre  » bulletin blanc  » et  » bulletin nul « .

Exprimer la neutralité

Le bulletin  » nul  » est présenté comme une « erreur de manipulation ». On le reconnait en raison d’une annotation. Il est donc :  » non réglementaire «  ! En revanche, le vote blanc signifie une absence de choix envers un(e) candidat(e) ou, parfois, d’une liste. C’est dire que l’électeur exprime sa neutralité. Or, depuis 2014, bulletins blancs et nuls sont décomptés séparément puis annexés au procès-verbal. Toutefois, un bulletin blanc reste symbolique puisqu’il ne possède aucun poids envers le scrutin.

infopremiere.fr batterie-la-verite-revelee-sur-la-tragedie-des-petits-veaux

Or, en imaginant qu’un bulletin soit décompté, l’on assisterait à des situations où l’élu obtiendrait… moins de 50 % des voix. Enfin, l’article 7 de la Constitution, laisse apparaitre que : « le président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés ». En conclusion, la reconnaissance du vote blanc prise en considération dans le cadre de l’élection présidentielle pose la question d’une profonde réforme constitutionnelle.

Alors, oui, il faudra bien que la validité du bulletin blanc fasse l’objet de ce changement car elle devient de plus en plus probante !

marseilleopinion.fr le-dentiste-senrichissait-en-mutilant-ses-patients