Une famille de tortionnaires d'animaux démasquée

Publié le samedi 1 avril 2023 Rédigé par Cédric Fichet
Une famille de tortionnaires d'animaux démasquée

Une famille de tortionnaires d'animaux démasquée. Ils les maltraitaient et les utilisaient pour quémander de l’argent. Plusieurs chiens et chats ont été sauvés dans la zone six de la capitale.  Grâce à la fuite d'un chien, le pot aux roses a été découvert...

Un chien en mauvais état physique tentait de s’échapper du fond d’un ravin. Poursuivi par une femme pour le rattraper, l’état pitoyable de l'animal à inquiété l'environnement. Une enquête menée auprès des voisins a alors révélé le pire. En effet, dans une proche maison, un homme et sa fille gardaient des animaux dans une situation de maltraitance. Ces ignobles personnes avaient trouvé les moyens de faire de l'argent avec ces pauvres bêtes en collectant des fonds.

Une belle escroquerie

Cette famille de tortionnaires utilisait des photos montrant à tous ceux qui pouvaient s'apitoyer des chiens en piteux états. Jouant sur la corde sensible, ils sollicitaient de l’argent prétextant la récupération et l'entretien des animaux. Malheureusement, les fonds récoltés ne servaient nullement à cette cause.L' escroquerie révélée rappelle celle des expositions d'animaux sur certaines places de marchés où l'on attire le chaland en offrant des bonbons pour accoster les généreux donateurs.

Drôle de famille

Depuis le 22 mars dernier; la commune considérant les mauvais traitements et la vulnérabilité des chiens, à décidé de mener une action. Animaux Première approuve cette décision. D'autres auraient préféré garder ces actes sous silence. L'enquête à permis de sauver vingt-quatre chiens et quatre matous. En revanche, deux chiens sont morts, dont le chien qui, malgré lui, a alerté le public de la situation. LIRE AUSSI :https://infopremiere.fr/air-france-va-cesser-dexpedier-des-singes-aux-laboratoires/

Pauvre « Gasparin »

Gasparin, c'est celui à permis de mettre au jour cette affaire. « Il a utilisé ses dernières forces pour s’échapper et nous guider jusqu’à l’endroit où nous avons ensuite démantelé un lieu de maltraitance animale qui profitait de la bonne volonté des habitants. Il est mort le jour même du sauvetage parce qu’il savait qu’il savait qu’il avait accompli sa mission. Et, surtout, il n’est pas mort dans l’oubli », selon une personne de la commune.

Foyers temporaires

Mais, plus encore, un centre d’urgence a permis de prendre en compte les soins et l'hébergement des animaux en état très critique. Quant aux autres, placés dans des foyers temporaires, les voilà en cours de stabilisation. Une bonne partie de la population de la commune s'est mobilisée pour offrir  des logements temporaires. Et,le vétérinaire local assure les médicaments pour ces rescapés.

Sanction suffisante ?

Enfin, la responsable de ces calvaires s'est engagée à « ne plus jamais avoir sous sa garde ou sous sa responsabilité ou sa propriété aucune espèce animale. Et ce qu’il s’agisse d’animaux de compagnie et/ou de tout être vivant non humain qui présente un système nerveux capable de ressentir la douleur, de répondre à des stimuli et de se déplacer volontairement ». Mais est-ce une sanction suffisante ?

Nous espérons une sanction à valeur d'exemple

La réponse sera fournie par la Justice car une plainte portant sur la cruauté et les mauvais traitements infligés aux animaux à été déposée. Nous espérons qu'elle sera a valeur d'exemple. Si nous étions juges c'est en prison que ces énergumènes passeraient quelques mois. Les animaux ne méritent pas de vivre dans des conditions aussi effroyables ! VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=k91Z6ZZl5tg